Agenda des événements

Mairie de Coulounieix-Chamiers
Av. du Général de Gaulle 
24660 Coulounieix-Chamiers
FRANCE
tél. 05.53.35.57.57
fax 05.53.04.72.00
ville@coulounieix-chamiers.fr

 

 

 

Aux trois bornes des évêques

La pierre de Saint-AugûtreVers la fin du XVe siècle, après un interminable procès de cent-dix ans, dit-on, trois pierres furent dressées sur notre commune dans le but de matérialiser les limites de deux juridictions : l’une épiscopale et l’autre municipale. D’où la présence du blason de l’évêque gravé d’un côté et des armes de Périgueux de l’autre.

 

La pierre qui soigne

C’est sur la pierre de Saint-Augûtre que l’on voit le mieux ces deux gravures. Elle était posée à la limite de Coulounieix-Chamiers et de Marsac, à peu près à l’endroit du cimetière actuel de la ville de Périgueux, précisément nommé Saint-Augûtre. Depuis 1961, on peut la contempler à l’entrée du musée d’art et d’archéologie (MAAP) du Périgord à Périgueux.

Sur l’une des faces, on découvre les armoiries de la ville les plus anciennement connues, un château avec donjon et deux tours. De l’autre côté, une gravure correspondrait au blason de Pierre Tison, évêque de Périgueux de 1349 à 1384 ou, plus certainement, de Gabriel du Mas, autre évêque pétrocorien décédé en 1497. La légende dit qu’on y amenait les enfants malades pour qu’ils retrouvent la santé. On les déshabillait, pour un meilleur contact avec la pierre et on abandonnait sur place les vêtements pour témoigner.

 

La pierre panlère

 

 

La pierre de table 


C’est sur les hauteurs de Coulounieix, au lieu-dit Peyrelade (pierre levée), que l’on trouve aujourd’hui encore la pierre Panlère (écrite aussi Panler). Là, au point de jonction exact des communes de Coulounieix, Razac, Marsac et Coursac, la borne est posée au-dessus du fossé. L’usure du temps ne permet plus de voir grand-chose de ses gravures qui devaient probablement être identiques à celles de la pierre de Saint-Augûtre. Une tradition raconte que chaque année, les curés des quatre communes se rendaient en procession à la pierre Panlère. La cérémonie terminée, une table était dressée au-dessus, de telle sorte que les curés de chaque paroisse participaient à un repas confraternel, chacun étant dûment placé sur son territoire.

 

La pierre du Cerf

 

 

La pierre du ruisseau

Enfin, la troisième borne de juridiction fut retrouvée vers 1986 dans le lit du ruisseau Le Cerf, à l’emplacement actuel de la zone de Cré@vallée. Elle a été remise en état puis placée sous la protection des enfants de l’ancienne école Jules Verne, devenue depuis le centre social Saint-Exupéry. Qui sait, peut-être découvrira-t-on un jour une quatrième borne ?
 

Source : Jean-Claude Carrère, "Chamiers Histoire et histoires", aux éditions Fanlac (1988) et bulletin municipal de 1986.

 

 

 

 
 

La lettre d'info

Je m'inscris pour recevoir Ma Ville @ctu dans ma boîte mail !

Journal municipal

Télécharger le dernier numéro

Bulletin municipal n°93 - octobre 2017