Agenda des événements

Mairie de Coulounieix-Chamiers
Av. du Général de Gaulle 
24660 Coulounieix-Chamiers
FRANCE
tél. 05.53.35.57.57
fax 05.53.04.72.00
ville@coulounieix-chamiers.fr

 

 

 

Coutumes et superstitions au XIXe siècle

Les souvenirs des vieilles coutumes et superstitions ont été recueillis par Georges Rocal entre les deux guerres mondiales mais surtout par l’abbé Brugière, curé de Coulounieix qui, dans le dernier quart du XIXe siècle fut confronté à des usages.

Cultures et élevage

Le matin de Carnaval, les arbres des différentes paroisses, dont Coulounieix, étaient entourés de paille pour qu’ils conservent leurs fruits.

Il ne faut surtout rien prêter à qui que ce soit avant de mener des bêtes au marché sous peine de perdre les bénéfices qu’on pourrait en tirer.

On n’a pas non plus intérêt à montrer les bestiaux à une personne qui a mauvaise vue si l’on veut les vendre.

On ne doit pas donner de semences à son voisin avant d’avoir assuré sa propre semaille, sinon la récolte sera mauvaise.

Pour assurer une bonne croissance des porcelets, mieux vaut que celui qui s’en occupe soit le seul à les regarder et à en connaître le nombre.

Maladie

Quand un enfant vers sa dixième année a du «blanc» au visage, la mère tresse à Coulounieix une couronne avec les rameaux de bois blanc. Elle l’accroche à l’intérieur de la cheminée. Le mal doit s’atténuer puis guérir à mesure que le bois sèche.

Un autre remède consistait à asperger avec la main, à deux ou trois reprises, les langes souillés avant de les laver.

Baptêmes et mariages

On ne peut donner du feu avant les «» de la mère ou avant que le nouveau-né soit baptisé, sinon on lui porterait malheur.

Un garçon, parrain pour la première fois, qui tiendrait sur les fonts baptismaux un enfant du même sexe, risque de mourir dans un bref délai.

Une fille dans le même cas ne trouverait jamais de mari.

La mort

La ménagère ne fait pas de lessive au mois de novembre, cela ferait mourir son mari.

Si l’on veut apaiser les douleurs d’un moribond et hâter la fin, il suffit de placer un joug sous sa tête. Par contre, si l’on brûle un joug, on mourra lentement et dans des douleurs atroces.

Au moment de la levée de corps, on fera sortir de l’étable les bœufs du maître, si c’est un bouvier.

Les seaux doivent être vidés lors d’un décès afin que l’âme vagabonde ne puisse s’y noyer.

Bûches de Noël

Il est de rigueur pour les gens de Coulounieix de prendre la bûche (de Noël) sur le domaine du voisin car la bûche du domaine familial est dépourvue de pouvoir bienfaisant.
 

Article d’après le récit de Jean-Claude Carrère dans son livre «Chamiers, Histoire et histoires», éditions Fanlac, 1988.

 

 

La lettre d'info

Je m'inscris pour recevoir Ma Ville @ctu dans ma boîte mail !

Journal municipal

Télécharger le dernier numéro

Bulletin municipal n°93 - octobre 2017