Agenda des événements

Mairie de Coulounieix-Chamiers
Av. du Général de Gaulle 
24660 Coulounieix-Chamiers
FRANCE
tél. 05.53.35.57.57
fax 05.53.04.72.00
ville@coulounieix-chamiers.fr

 

 

 

Duel au domaine de Beauroire

Il est 19h30 ce 20 août 1850. Auguste Dupont, propriétaire et rédaAuguste Dupontcteur du journal L’écho de Vésone s’effondre, touché d’une balle en plein front. Le dernier duel à Chamiers vient de faire son ultime victime.
Le projectile a été tiré par Jean-Baptiste Chavoix, médecin d’Excideuil et maire, révoqué sous trois gouvernements, élu en 1848 représentant du peuple aux assemblées Constituante et Législative de la deuxième République.

Anciens amis

Le drame se déroule au domaine de Beauroire dans la boucle de l’Isle, là où se trouvait une villa gallo-romaine rasée dans les années 50 lors de l’implantation du camp américain au bas-Chamiers.
Pourtant, en 1842, quand Jean-Baptiste Chavoix menait campagne électorale, il était soutenu par Jean-Baptiste ChavoixL’écho de Vésone et son propriétaire. Huit ans plus tard, rien ne va plus entre les deux hommes, Chavoix étant devenu commissaire du gouvernement provisoire.
 

Une dette de sangsue

Le 16 juillet 1850, le quotidien périgourdin passe à l’offensive à propos d’une dette de sangsue soi-disant non payée au pharmacien Chavoix, père de l’élu, ce que nie l’accusé pour lequel L’écho de Vésone prend fait et cause. Résultat : procès et expropriation, aussitôt montés en épingle par le journal. D’allusions en diffamations, l’affaire ne pouvait se terminer que dans un pré, les armes à la main.
 

Prison et élections

Un duel

Après le duel, Chavoix sera arrêté et incarcéré à la Conciergerie à Paris, les témoins étant emprisonnés dans les gendarmeries du secteur. Quelques mois plus tard, tout le monde sera libéré, Chavoix s’exilant en Espagne pour un temps.
Il paiera à la famille Dupont de lourds dommages et intérêts. Plus tard, à la chute de l’Empire, il sera à nouveau élu maire d’Excideuil et participera à l’action patriotique avec Gambetta. Réélu député, il sera le seul de Dordogne à voter le 16 juin 1881, peu avant son décès, la loi Jules Ferry sur la gratuité de l’enseignement.
 

Sources : Jean-Claude Carrère, "Chamiers Histoire et histoires", éditions Fanlac (1988) et bulletin municipal 1989.

 

La lettre d'info

Je m'inscris pour recevoir Ma Ville @ctu dans ma boîte mail !

Journal municipal

Télécharger le dernier numéro

Bulletin municipal n°93 - octobre 2017